Jean 3. 22-30

« Il faut qu’il grandisse et que je diminue »

Jésus se rendit en Judée, accompagné de ses disciples ; il y séjourna avec eux, et il baptisait. Jean, de son côté, baptisait à Aïnone, près de Salim, où l’eau était abondante. On venait là pour se faire baptiser. En effet, Jean n’avait pas encore été mis en prison. Or, les disciples de Jean s’étaient mis à discuter avec un Juif à propos des bains de purification. Ils allèrent donc trouver Jean et lui dirent : « Rabbi, celui qui était avec toi de l’autre côté du Jourdain, celui à qui tu as rendu témoignage, le voilà qui baptise, et tous vont à lui ! » Jean répondit : « Un homme ne peut rien s’attribuer sauf ce qu’il a reçu du Ciel. Vous-mêmes pouvez témoigner que j’ai dit : “Je ne suis pas le Messie, je suis celui qui a été envoyé devant lui.” L’époux, c’est celui à qui l’épouse appartient ; quant à l’ami de l’époux, il se tient là, il entend la voix de l’époux, et il en est tout joyeux. C’est ma joie, et j’en suis comblé. Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue. »

Méditation :

Jean le Baptiste ne pouvait se gratifier du titre de Messie, c’est pourquoi il leur dit : « Je suis celui qui a été envoyé devant lui. » Jean rappelle à ses disciples, que l’homme ne peut rien s’attribuer, sauf ce qu’il a reçu du ciel. Aussi il rajoute en ce qui concerne Jésus : « Il faut qu’il grandisse et que je diminue. » En effet, Jean ne cherchait ni la notoriété, ni même à grandir dans le cœur des juifs. Car il avait été missionné pour une seule chose, annoncé Jésus le Messie de Dieu. L’époux, c’est celui à qui l’épouse appartient. Et l’église, qui est chacun de nous, est l’épouse du Christ. Toutes églises qui confessent le Christ comme Maître et Seigneur, n’a qu’un seul époux, le Christ. Jean dit de lui-même : « l’ami de l’époux, se tient là, il entend la voix de l’époux, et il en est tout joyeux. C’est ma joie, et j’en suis comblé. » Le Psalmiste chante l’amour du Seigneur pour son peuple : « Dansez à la louange de son nom, jouez pour lui, tambourins et cithares ! Car le Seigneur aime son peuple, il donne aux humbles l’éclat de la victoire. »

Jean nous invite, à confier entièrement notre vie à Jésus, à lui laisser pleinement les commandes. Mais en est-il ainsi dans notre quotidien ? Souhaitons-nous véritablement, voir la volonté de Dieu se réaliser dans notre vie ? Ne sommes-nous pas à nous dire chaque jour, nous pourrions nous même la conduire au bonheur bien mieux que Dieu ? Nous doutons de la compréhension de Dieu sur notre façon de gérer notre vie, c’est pourquoi nous ne voulons pas lui donner les rennes. Nombreux sont les chrétiens qui de nos jours disent, le monde à évoluer et découvert des technologies qui n’apparaissent pas dans les saintes écritures, il est donc nécessaire que l’homme prenne son destin en main. Nous ne vivons plus de la même manière que jadis, Dieu lui-même peut comprendre cela. Voilà autant d’argument, que nous prônons, pour faire notre volonté, et non celle de Dieu. Une volonté qui nous le voyons bien, nous conduit à notre perte.

Ce n’est pas notre Moi, qui doit grandir en nous. C’est la présence du Christ, la présence de celui qui sonde les cœurs et les reins, celui qui sait mieux que nous ce dont l’homme a besoin. Nicodème, bien qu’il fût docteur de la loi, n’avait pas compris, que seule une nouvelle naissance pouvait ouvrir les yeux des hommes, aux réalités spirituelles. Ne donnons pas à Jésus seulement la première place dans notre, car au jour de l’épreuve nous pourrions le mettre à la dernière place. Donnons-lui sans hésiter toute la place, car non seulement elle lui revient de droit, mais aussi parce que Lui seul peut nous sauver des tribulations à venir. Dieu qui est riche en miséricorde, nous invite nous aussi à être riche en miséricorde. Et c’est en nous donnant par Jésus, son Esprit qu’il nous fait riche de Lui. Comme Jésus, nous sommes appelés à être saint, doux et humble de cœur. Et l’unique commandement que nous devons mettre en pratique, c’est l’amour. Car c’est à l’amour, que nous serons reconnus comme disciples de Jésus Christ. (Jn 13.35)

Que l’amour de Dieu en ce jour, soit en chacun de nous source de vie éternelle, pour toute l’humanité.

Amen.