Dans la même rubrique...

Luc 3.21-22

Tu es mon Fils bien-aimé, en toi je me complais.

Or, il arriva que, comme tout le peuple se faisait baptiser, Jésus aussi ayant été baptisé, et pendant qu’il priait, le ciel s’ouvrit et l’Esprit-Saint descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe ; et il y eut une voix du ciel : Tu es mon Fils bien-aimé, en toi je me complais.

Méditation :

Pour accueillir la présence de Dieu, il fallait posséder un cœur nouveau, capable d’aimer bien plus que son prochain, comme soi-même. Un cœur capable d’aimer ses ennemis, et de pardonner toutes offenses. Jésus avait ce cœur là dès l’origine, il est donc venu pour que l’équité et la justice règne en ce monde. Son discours ne pouvait être entendu de tous, la vérité cause parfois des remous que nous nous en serions bien passé. Aux soldats qui demandaient à Jean le Baptiste : « Que devons-nous faire ? » Il répondit : « Ne faites violence à personne, n’accusez personne à tort ; et contentez-vous de votre solde. » En deux mots : « soyez juste. »

Le baptême dans l’Esprit Saint et le feu, que Jésus est venue apportait aux hommes, a le pourvoir de purifier l’être tout entier et de donner le salut et la vie à jamais dans la gloire de Dieu. L’homme, à tendance à élever l’homme au rang de Dieu. Pour les disciples de Jean, Jean incarnait tout comme Elie le prophète par excellence. Pourtant Jean le disait : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi. » Celui qui détient les clefs de l’Hadès, le pouvoir de nous faire périr dans le feu de la Géhenne. « Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. » Aucun homme n’est digne de s’agenouiller devant lui, de se prosterner à ses pieds, il est l’Agneau sans tâche, le Messie du Dieu vivant.

Jésus, est le seul qui accorde la grâce du don de l’Esprit. Car seul l’Esprit Saint à le pouvoir de nous purifier en vue du salut. Bien que bon nombre de baptiser, reste dans l’ignorance de cette immense grâce reçu, l’Esprit continue toutefois à œuvrer en eux, afin qu’il obtienne la vie en abondance.

En ce jour, prions pour tous ceux et celles qui périssent dans l’ignorance de l’Esprit et du salut promis. Afin que la miséricorde de Dieu les rejoigne, et que leurs yeux s’ouvrent aux réalités du Royaume ici-bas. Alors ils entendront la voix du Père : « Toi, tu es mon Fils (ma fille) bien-aimé(e) ; en toi, je trouve ma joie. »

Amen.