Dans la même rubrique...

Jean 9. 13,35

Dieu n’exauce point les pécheurs ; mais, si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, c’est celui là qu’il l’exauce.

Ils menèrent vers les pharisiens celui qui avait été aveugle. Or, c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue, et lui avait ouvert les yeux. De nouveau, les pharisiens aussi lui demandèrent comment il avait recouvré la vue. Et il leur dit : Il a appliqué de la boue sur mes yeux, je me suis lavé, et je vois. Sur quoi quelques-uns des pharisiens dirent : Cet homme ne vient pas de Dieu, car il n’observe pas le sabbat. D’autres dirent : Comment un homme pécheur peut-il faire de tels miracles ? Et il y eut division parmi eux. Ils dirent encore à l’aveugle : Toi, que dis-tu de lui, sur ce qu’il t’a ouvert les yeux ? Il répondit : C’est un prophète. Les Juifs ne crurent point qu’il eût été aveugle et qu’il eût recouvré la vue jusqu’à ce qu’ils eussent fait venir ses parents. Et ils les interrogèrent, disant : Est-ce là votre fils, que vous dites être né aveugle ? Comment donc voit-il maintenant ? Ses parents répondirent : Nous savons que c’est notre fils, et qu’il est né aveugle ; mais comment il voit maintenant, ou qui lui a ouvert les yeux, c’est ce que nous ne savons. Interrogez-le lui-même, il a de l’âge, il parlera de ce qui le concerne. Ses parents dirent cela parce qu’ils craignaient les Juifs ; car les Juifs étaient déjà convenus que, si quelqu’un reconnaissait Jésus pour le Christ, il serait exclu de la synagogue. C’est pourquoi ses parents dirent : Il a de l’âge, interrogez-le lui-même. Les pharisiens appelèrent une seconde fois l’homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent : Donne gloire à Dieu ; nous savons que cet homme est un pécheur. Il répondit : S’il est un pécheur, je ne sais ; je sais une chose, c’est que j’étais aveugle et que maintenant je vois. Ils lui dirent : Que t’a-t-il fait ? Comment t’a-t-il ouvert les yeux ? Il leur répondit : Je vous l’ai déjà dit, et vous n’avez pas écouté ; pourquoi voulez-vous l’entendre encore ? Voulez-vous aussi devenir ses disciples ? Ils l’injurièrent et dirent : C’est toi qui es son disciple ; nous, nous sommes disciples de Moïse. Nous savons que Dieu a parlé à Moïse ; mais celui-ci, nous ne savons d’où il est. Cet homme leur répondit : Il est étonnant que vous ne sachiez d’où il est ; et cependant il m’a ouvert les yeux. Nous savons que Dieu n’exauce point les pécheurs ; mais, si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, c’est celui là qu’il l’exauce. Jamais on n’a entendu dire que quelqu’un ait ouvert les yeux d’un aveugle-né. Si cet homme ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. Ils lui répondirent : Tu es né tout entier dans le péché, et tu nous enseignes ! Et ils le chassèrent.

Méditation :

« Dieu n’exauce point les pécheurs ; mais, si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, c’est celui-là qu’il l’exauce. » Nombreux sont ceux et celles qui encore aujourd’hui croient que Dieu n’exauce pas les pécheurs. Prenons bien conscience ici dans ce texte que c’est l’aveugle, qui au regard de la loi de Moïse, dit cela. Jésus à mainte fois l’a dit dans ses enseignement, qu’il est venu pour les pécheurs, et que si quelqu’un venait à lui il ne le mettrait pas dehors. Cet homme aveugle de naissance, bien qu’il n’ait pas péché, portait en lui le péché originel. Mais il est clair que ce n’était pas à cause du péché de ses parents qu’il était aveugle. La maladie, peut nous frapper même dans le sein de notre mère. Elle peut aussi être due, à une dégénérescence de notre patrimoine génétique. Il est vrai que le péché attire sur l’homme le malheur, mais prenons bien conscience de quel malheur le péché nous frappe. La première conséquence du péché, c’est tout d’abord l’éloignement de l’homme vis-à-vis de Dieu, le but la mort spirituelle de l’être. Les autres incidences entrainent l’homme à préférer les œuvres du monde à celles de Dieu, et parfois même provoquent en l’homme le reniement de Dieu.

Les pharisiens et les scribes, ne cherchaient pas véritablement à discerner la provenance de la guérison. Les écritures à ce propos sont claires, Dieu seul guérit ! Mais voilà, c’est par les mains d’un charpentier que Dieu a guéri. Cela menace leur notoriété, leur pouvoir, ils ne peuvent, ni ne veulent que cela perdure. « Cet homme ne vient pas de Dieu, car il n’observe pas le sabbat. D’autres dirent : Comment un homme pécheur peut-il faire de tels miracles ? » Jésus, est venu pour porter en sa chair les péchés du monde. Mais en aucun cas et à aucun moment, Jésus n’a péché en sa propre chair. Jésus est venu pour que le monde ait la vie éternelle, c’est pourquoi il dit de lui-même : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. » Les pharisiens et les scribes ne pouvaient comprendre cela, leur soif de pouvoir à provoquer en eux le désir de conquérir le trône de Dieu plutôt que sa miséricorde. Il ne doit pas en être ainsi pour nous, cherchons à plaire à Dieu en désirant sa miséricorde plus que tout et nous recevrons la couronne de gloire promis à tous ceux qui feront la volonté de Dieu.

Amen.