Dans la même rubrique...

Méditation

Les dix vierges représentent ici, tous ceux qui ont reçu l’Évangile et qui ont accepter Jésus comme Maître et Seigneur. Ayant été prêché aux Juifs, comme aux païens, tous ceux qui acceptèrent Jésus, quittèrent leur condition première pour devenir ses disciples. Le christianisme, tel qu’il s’accomplissait aux premiers temps de l’Église, se caractérisait par l’attente vivante du retour du Christ. Les Thessaloniciens s’étaient détournés de leurs idoles, pour servir le Dieu vivant et vrai, dans l’attente de son Fils. (1Th 1.9)

C’est après la disparition des douze, que le christianisme devint pour certain des témoins objet de religion. Mais sans la vie, sans la puissance de l’Esprit, qui montre la présence vivante de Dieu, tout s’est traduit par une pratique religieuse de tradition, certains hommes remplacèrent Jésus par tous ceux qui l’avaient servis fidèlement, ils sont ici représenté par les cinq vierges insouciantes. D’autres, fidèle à ses enseignements refusèrent la religion et ses traditions, pour vivre au quotidien sa présence vivante. Ils représentent ici les cinq vierges prévoyantes.

« Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. » Les croyants, aussi bien que les non-croyants, ont perdu de vue la pensée du retour du Christ. L’influence endormante de la nuit produit ses effets sur les uns comme sur les autres, car il faut une énergie constante pour ne pas s’endormir, parce que ce n’est pas naturel d’être éveillé pendant la nuit. Il pour cela il faut qu’un objet essentiel captive le cœur. Or si cet objet n’est pas Christ, le chrétien s’endort vite ; il suit le courant de ce monde, naturel pour la chair.

Seigneur ! Apprends-nous à rester éveillé, tu le dis toi même à notre égard : « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »

Amen.