Dans la même rubrique...

Méditation

« Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor plus que tous les autres. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. » Jésus met en lumière ici, l’offrande d’une pauvre veuve qui se prive du peu qui lui reste, pour agir selon la volonté de Dieu. Ceux qui étaient riches, ne donnèrent que de leurs superflus, en espérant que Dieu augmenterait encore et encore leur fortune. Nos fortunes, tous nos biens matériels et financiers, n’intéresse en aucun cas Dieu. Aucun sacrifice, aucun holocauste, ni tous les présent de la terre, ne pourrait satisfaire le cœur de Dieu. Retenez ceci nous dit le Psalmiste : « D’un cœur brisé et broyé, Dieu n’à point de mépris. » (Ps 51) En effet Dieu aime, la veuve et l’orphelin. Il a même révélé aux pauvres et aux tout-petits, ce qu’il à cacher aux sages et aux intelligents. C’est donc avec un cœur de pauvre et d’indigents que nous devons nous approcher de notre Seigneur.

Pourquoi Jésus met-il en évidence ce que nous appelons bien souvent un petit point de l’écriture ? La parole de Dieu, ne nous invite-elle pas à être don de nous-même pour notre prochain ? « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Mt 22-39) Dieu lui-même, n’a-t-il pas donné la vie de son propre Fils, Jésus pour chacun de nous ? Ne soyons pas comme le pharisien orgueilleux qui disait : « Je donne la dîme (Luc 18.12), montrant par là sa générosité. » Votre offrande doit être pour vous, comme l’accomplissement d’un devoir. « Ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » (Mt 6.4)

A l’image de cette femme, soyons prêts à donner ce qui nous reste pour vivre une relation plus intime avec Dieu. « Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta main droite, afin que ton aumône se fasse en secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » (Mt 6.3-4) Offrons en ce jour notre cœur, comme un présent agréable à Dieu, n’oublions pas, que c’est par Jésus Christ, que nous devenons enfant de Dieu, héritier du Royaume et que ce n’est pas notre argent que Jésus désire, mais notre âme.

Amen.