Dans la même rubrique...

Meditation

« Cette génération est une génération mauvaise : elle cherche un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que le signe de Jonas. » L’histoire semble se répéter, au-delà du temps et des générations. Nombreux sont ceux et celles qui jusqu’à ce jour demandent de signes, afin de croire. En juxtaposant l’époque où Jésus prononça cette parole, et celle du siècle présent, nous pouvons constater que les mêmes reproches sont faits aux hommes d’hier, et d’aujourd’hui. Les mêmes fautes ; la désobéissance, l’incrédulité, l’égoïsme, l’égocentrisme, la cupidité, l’adultère contre Dieu, par l’abri sous nos toits de divinités, de dieux païens. Le temps passe, mais il semble s’être figé sur les erreurs de jadis, commises par nos aïeux.

« Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que les hommes de cette génération, et elle les condamnera. » La reine de Saba reconnut en Salomon, la sagesse et la main puissante de Dieu. De nos jours, l’homme est curieux des richesses de ce monde, et il privilégie son bien-être sans s’inquiéter de ce que Dieu pense. Il s’appuie uniquement sur son humanité, et tente vainement d’améliorer sa vie, et de la dynamiser par ses propres forces. Bien qu’il soit nécessaire que l’homme ne soit, ni oisif, ni casanier, il est aussi essentiel qu’aucune passion ou activité, ne remplace Dieu. Car dans les épreuves liées à la vie, seul Dieu peut réaliser pour nous l’impossible. Celui qui fait de la marche pour améliorer l’état son cœur à parfaitement raison, mais s’il faisait de la marche en associant Dieu à sa démarche, son état de santé s’en trouverait rapidement guéri. Nous crions vers Dieu quand tout nous semble perdu, pourtant, Dieu n’a pas cessé d’être à notre écoute alors même que nous ignorons sa présence.

Notre manque d’intimité avec Dieu, nous empêche de voir sa grande mansuétude pour nous. Sa miséricorde infinie, ne regarde pas nos fautes, mais l’enfant de Dieu que nous sommes. Nos péchés, ne l’encourage pas à nous punir, mais à venir au secours de nos faiblesses. N’a-t-il pas donné la vie de son unique Fils pour que nous soyons sauvés et que nous devenions ses enfants ? Quel Père ferait cela ? Donneriez-vous la vie de votre enfant, pour un ami si proche soit-il ? Dieu Lui, il l’a fait pour chaque pécheur que nous sommes. Nous ne le méritions pas, c’est gratuitement, au nom de l’amour qu’il nous porte qu’il l’a fait.

Frères et sœurs, notre vie pécheresse méritait la mort. Mais dans sa grande compassion, Dieu a voulu qu’il en soit autrement pour chacun de nous. En nous offrant le salut par le sacrifice de Jésus à la croix, le Père nous ouvre les portes de la Jérusalem céleste. Aussi en ce jour, glorifions et magnifions son nom au milieu des hommes.

Amen.