Dans la même rubrique...

Méditation

Jésus en ce jour, ne s’adresse plus à ses deux villages, mais à chacun de nous. Nous qui voyons chaque jour les merveilles de Dieu dans nos vies. Jésus, nous invite à prendre conscience de nos agirs qui provoque notre malheur. Jadis en effet, il s’adressa à ses villages, afin qu’elles ne disparaissent point, mais qu’elles soient un exemple pour tout Israël. « Si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, il y a longtemps que les gens y auraient pris le vêtement de deuil, et se seraient assis dans la cendre en signe de pénitence. » En effet, malgré les nombreux miracles réalisés chez elles, leurs comportements restaient inchangés. Quel est notre conduite à ce jour, nous qui avons vu les miracles de Dieu se réalisait dans nos vies ? Nous qui sommes protéger par sa main puissante, des fléaux de toutes sortes qui s’abat sur nous parfois ? Notre agir, nos paroles, montrent-ils véritablement que nous sommes le peuple de Dieu, les disciples de Jésus ? Prenons-nous du temps pour examiner, notre relation et notre proximité avec Dieu en accueillant Jésus dans notre vie ? Prenons-nous le temps du repentir, quand notre conscience nous rappelle, nos manquements qui blessent le cœur de Dieu ?

Bien que les bienfaits de Dieu nous soient donnés gratuitement, il nous est nécessaire de prendre le temps d’examiner à la lumière du Saint Esprit, notre relation avec Dieu. Les fautes de ces deux villages apparaissaient aux yeux de Jésus comme malheureuses pour elles. Jésus ne prononce pas à l’encontre de ses villages une malédiction. Il est simplement déçu de voir ses deux villages continuer à offenser Dieu, alors que de nombreux prodiges sont survenus chez eux. Corazine et Bethsaïde, fermaient eux même devant leurs pas les portes du Royaume par leurs manques de reconnaissances et de repentances. « Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur. » (Ac 3.19) Jésus nous interpelle, de la même façon qu’il interpella ses villes jadis. Il nous invite à nous purifier, par une repentance véritable. Il nous exhorte à rendre droit les chemins de Dieu, dans nos vies, dans nos familles, afin que nos actes, nos attitudes, ne soient pas fermeture des portes de la Jérusalem céleste sur nos pas. « Repentez-vous, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. » (Ac 2.38)

Il fut un temps, ou Satan, nous avait ravi l’autorité que Dieu nous avait donné au commencement. En effet par la désobéissance d’Adam, l’homme s’était livré lui-même comme esclave aux puissances des ténèbres. Et c’est par l’obéissance du Christ, que l’homme a retrouvé sa liberté, et l’autorité originel. Cette parole de Jésus, elle est pour nous aujourd’hui, « Je vous ai donné pouvoir. » Eh oui, par le sacrifice de Jésus à la croix, Dieu donne à l’homme ici-bas, le pouvoir de remporter la victoire sur les forces du mal. Bon nombre de croyant, se laisse attirer par d’autres pratiques, qui n’ont rien à voir avec les enseignements de Jésus et qui sont néfastes à notre bien-être. Les saintes écritures sont claires, seul le nom de Jésus peut délivrer l’homme du mauvais. Toutes les pratiques que le monde nous propose, et que nous ne trouvons pas dans les évangiles, sont à bannir. Jésus nous appelle à la vigilance, à la prudence. Il est important pour nous qui croyons au Christ, de discerner toutes activités spirituelles, à la lumière des évangiles. S’attacher aux enseignements de Jésus, les mettre en pratique, est l’assurance d’un discernement juste qui nous préserve des filets de Satan.

« Ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. » L’humilité est l’arme la plus efficace contre les forces de la vanité, de l’orgueil, de l’individualisme, de l’égoïsme, qui bien souvent nous détournent du chemin de droiture que le Christ a tracé par ses pas. L’inscription de nos noms dans les mains de Jésus, voilà ce qui nous est bénéfique.

En ce jour frères bien-aimés, rendons grâce à Dieu, qui par son Esprit éclaire toutes choses, et avec Jésus reprenons cette prière : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bonté. Tout m’a été confié par mon Père ; personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »

Amen.