Dans la même rubrique...

Méditation

Il arrive que dans notre présent, certaines situations du passé nous rattrapent. C’est ici le cas pour Hérode, qui quelques temps auparavant avait fait décapité Jean, pour plaire à sa belle-fille. Intrigué par les bruits de la rue, Luc nous dit qu’Hérode était embarrassé. En effet celui qu’il avait fait décapité, venait de réapparaitre à travers les rumeurs du peuple. Bien sûr, personne ne pouvait l’affirmait, mais personne ne contredisait l’information. Cela eut pour effet d’éveiller la curiosité d’Hérode, est-ce bien Jean qui fait l’objet de tout ce qu’il entend de merveilleux ?

Nous qui avons crucifier Jésus, cherchons-nous aujourd’hui à le rencontrer, quand nous entendons dire qu’il est vivant ? Bien qu’il y ait un grand nombre qui l’ont trouvé et qui l’ont choisi comme Maître et Seigneur, trop nombreux encore sont ceux et celles qui n’ont pas reçus la bonne nouvelle de sa résurrection ou de sa présence au milieu de ce monde. Pourtant son agir est visible pour un grand nombre, mais trop nombreux encore sont ceux qui ignorent les bienfaits de sa présence dans la vie de l’homme.

Dans l’évangile de Jean au chapitre quinze verset cinq, Jésus dit : « Sans moi vous ne ferez rien de bon. » Ce n’est en aucun cas pour nous dire que nous sommes médiocres, mais juste que nous manquons de discernement sans sa présence à nos côtés. Hérode trouvait un pseudo bonheur dans les choses futiles de ce monde, il s’en réjouissait un instant, mais ce n’était qu’un bonheur illusoire. Oui tout est illusions et chimères en ce monde, car tout est appelé à disparaître. Mais une réalité existe, et seul l’homme proche de Dieu, disciple de Jésus peut s’en approprié, c’est le Royaume !

Amen.