Dans la même rubrique...

Méditation

Dès l’origine, Dieu créa l’homme dans la pureté, à son image et à sa ressemblance. Mais l’homme tenté par les œuvres du mal sombra dans la désobéissance, et accueilli en lui les œuvres des ténèbres. C’est pourquoi Jésus dit : « Ce qui sort de l’homme, c’est cela qui le rend impur. Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduite, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. » En effet, aucune nourriture n’est méprisante. C’est l’homme qui dans son grand orgueil, méprise et rejette ses frères. Ce que nous mangeons, va à la fosse et disparait. Mais les paroles mauvaises, souvent blessent le cœur, et provoquent des traumatismes parfois irréversible.

Ce sont toutes nos méchancetés, qui nous rendent inacceptable aux yeux de Dieu, et aux yeux des hommes. Qui de nous accepte qu’on lui fasse du mal ? Qui est prêt à accueillir chez lui, un homme mauvais, capable de détruire sa famille, sa demeure ? Ne fait pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’on te le fasse à toi. L’homme qui distingue le bien du mal fait preuve d’intelligence et de maitrise par rapport à toute autre créature ; mais le fait qu’il puisse mal agir prouve l’infériorité de son esprit, et de sa nature. C’est pourquoi, Paul dit : « Je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. » (2 Cor 12.10)

Notre humanité, conçue dans la perfection par Dieu, a subi au fil de la vie les contorsions du péché qui l’a corrompu et éloigné de Dieu. Mais par le don de la vie de Jésus, Dieu le Père, dont la miséricorde et l’amour pour l’homme sont infini, offre le salut à chacun de nous par le sacrifice de son Fils à la croix. Qui parmi nous peut donner sa vie ou la vie de ceux qu’il aime pour sauver un voisin, un cousin, ou même un frère ?

Seigneur, toi qui sondes les cœurs et les reins, tu connais nos imperfections et les mauvais desseins qui habitent notre cœur. Viens par ton Esprit purifier et sanctifier nos êtres. Ainsi notre humanité appelé à te ressembler, portera du fruit en abondance, des œuvres de bontés, des attitudes et des comportements fraternelles, dans un langage divin qui résume l’essence même de ce que tu es l’Amour absolu.

Amen.