Dans la même rubrique...

Meditation

Le salut de chacun dépend de la réception que nous ferons de la parole de Dieu annoncée par ses serviteurs. Celui qui accueille un serviteur, messager de la Parole de Dieu, reçoit le Seigneur lui-même, et celui qui le reçoit, reçoit Dieu qui l’a envoyé. Il en est de même pour celui qui reçoit un prophète ; parce qu’il est un envoyé de Dieu, il a, aux yeux de Dieu, la valeur d’un prophète. De même pour un juste. Celui qui aura donné à un petit, à un croyant, un verre d’eau froide, parce qu’il est un disciple de Christ, ne perdra pas sa récompense. La valeur de nos actes dépend des motifs qui les font accomplir. La personne de Jésus a un tel prix pour Dieu que tout ce qui est fait pour lui, dans ce monde qui l’a rejeté, a un prix inestimable, qui sera manifesté par la récompense que Dieu accordera à ceux qui auront fait quelque chose pour son Fils bien-aimé.

Le salut dépend pour chacun de nous de l’accueil que nous aurons fait à Christ et à sa Parole, puisque, par des œuvres, personne ne peut l’obtenir. Quand le Fils de l’homme viendra et s’assiéra sur le trône de sa gloire, avec les nations rassemblées autour de lui, ce qui permettra à ceux qui sont à sa droite d’entrer dans le royaume, ceux qui auront reçu les envoyés du Seigneur, ceux qu’il appelle « ses petits », et qui les auront fait du bien ; car en les recevant, ils l’auront reçu lui-même. (Mt 25.31-46) C’est de ces envoyés qu’il est question dans ce chapitre. L’opposition du monde à Christ est telle que le Seigneur dira, à ses disciples, que celui que vous verrez prier en utilisant mon nom : « Celui qui n’est pas contre nous est pour nous. » (Mc 9.40)

N’oublions pas frères et sœurs, que si le salut dépend tout simplement de l’acceptation de Christ par la foi, il est important de prendre conscience, qu’il a fallu que ce précieux Sauveur souffre sur la croix tout ce que nous devions subir et dont nous aurions mérité. Pour ceux qui l’ont reçu, combien cette seule pensée doivent les encourager à le suivre et à être ses fidèles témoins. Pour ceux qui ne l’ont pas encore reçu, existe-t-il ici-bas quelque chose de plus grand que cet amour, qu’il a eu pour chacun de nous, pour attirer leurs cœurs, afin qu’ils ne le négligent pas plus longtemps et obtienne le salut ? Sinon comment échapper au jugement, si nous ne croyons pas en celui qui a porté ce jugement à la place des coupables que nous sommes ?

Amen.