Dans la même rubrique...

Méditation

« Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. « Celui qui croira et se fera baptisé sera sauvé. » Jésus envoie tous ceux qui croient en lui vers tous les hommes. Afin qu’ils ramènent vers Dieu notre père tous ceux qui sont perdus. Sommes-nous véritablement conscients de ce que le Christ attend de nous ? La bonne nouvelle du Royaume, n’est pas sans difficulté ; nous subirons probablement les mêmes outrages que le Maître. Comment appeler les autres à croire quand nous même nous manquons d’engouement, et de zèle pour la cause du Christ ? Comment transformer la vie de ceux qui ont du mal à croire, quand notre amour les uns pour les autres, souffre de discrimination, de jalousie, quand tant de division frappe nos églises ?

En cette fin des temps, les dons et charismes dont Jésus annonce et qui accompagneront ceux qui auront crus, ont bien du mal à être compris et accepter par les dirigeants des communautés chrétiennes. Les signes et les prodiges, sont souvent attribués à Satan, alors que les écritures nous disent : Que le Diable ne vient que pour voler, égorger, et détruire les œuvres de Dieu. (Jn 8.44 ; 10.10) Nos divergences, et nos divisions, finissent par donner une crédibilité à l’adversaire alors qu’en lui il n’y-a rien de créateur. Dieu seul est créateur, et il est créateur en l’homme à qui il a donné le pouvoir de faire les mêmes œuvres que lui. Jésus l’a dit : « Vous ferai des œuvres comme moi, et encore plus grandes que moi. » (Jn 14.12) Tout ce qui est impossible à l’homme, est possible à l’homme qui à Dieu en son cœur. Il est bon de se le rappeler, Jésus n’a pas failli à ses promesses, au contraire il les a toutes accomplies. Mais pour qu’elles deviennent visibles aux yeux du monde, il faut que l’homme croie que l’Esprit de celui qui à donner sa vie pour lui, vit en lui.

Chasser les esprits mauvais, parler un langage nouveau, n’est possible que si l’Esprit de Dieu vit et agit en nous. Pour cela il est nécessaire que notre amour pour Dieu et pour notre prochain soit véridique. Un examen de soi, est aussi indispensable si nous voulons accueillir l’homme nouveau, que nous sommes appelés à être. Notre cœur et notre esprit doivent véritablement être tournés vers Jésus dans l’application de ses préceptes : " Prière, méditation, adoration, amour du prochain etc. Notre langage ne peut trouver sa dilection qu’à travers la lecture des saintes écritures, il faut qu’il accepte d’être châtier dans le respect de Dieu, et du prochain. Prendre des serpents dans nos mains ou vaincre un poison mortel, ne nécessite pas de grande connaissance intellectuelle, mais une foi ferme et persévérante dans le Christ. Notre désir d’annoncer l’évangile, et de servir Dieu et nos frères, doit être vécu dans l’amour absolu. Dieu veut que nous soyons acteurs, et non consommateur de sa grâce et de ses bienfaits. Il veut nous impliquer dans tout ce qu’il fait, que nous soyons co-missionnaires de l’achèvement de ses œuvres. Dieu manifeste sa puissance et son pouvoir, quand nous parlons et agissons par le Nom de Jésus. La puissance qui agit, et qui se tient derrière nos mots et nos actes de foi, n’est pas la nôtre, mais bien celle de Dieu qui par la force de son Esprit agit.

Lorsque Pierre et Jean se sont trouvés devant le boiteux, ils ne lui ont pas dit :"Nous allons prier pour toi". Ils lui ont ordonné : « au Nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche », puis lui prenant la main, ils l’ont fait se lever. (Ac 3.6) Pierre visitant les disciples et trouvant Énée couché sur un lit depuis huit ans, et paralytique, ne lui a pas dit : "Je vais prier pour toi, afin que le Seigneur te guérisse". Il lui a dit : « Énée Jésus-Christ te guérit ; lève-toi, et arrange ton lit ». Et aussitôt il se leva. (Ac 5.12) A Lystres, un homme impotent des pieds, boiteux de naissance, et qui n’avait jamais marché écoutait attentivement Paul, fixant alors le regard sur lui et voyant qu’il avait la foi pour être guéri, Paul dit d’une voix forte : « Lève-toi tien toi droit sur tes pieds. » (Ac 14.10) Et il se leva d’un bond et marcha. Paul ne lui a pas dit : « Je vais prier pour toi, afin que le Seigneur te guérisse ». Il lui intima l’ordre de marcher. Tout disciple du Christ qui n’exerce pas l’autorité que Dieu lui donne dans la puissance de l’Esprit, ne peut blâmer Dieu de ne pas vivre ce qui est écrit dans la Bible. Exercer l’autorité de Dieu, c’est manifester le royaume sur la terre, comme au ciel. Ce n’est ni le manger, ni le boire, mais la justice, la paix, l’amour et la joie qui par le Saint-Esprit agit au milieu des hommes. Trop de chrétiens vivent dans la dépression, ne connaissant que périodiquement la paix de Dieu ; trop de chrétiens vivent dans les plaintes quotidiennes pensant et affirmant que Dieu les a oubliés, etc.

Manifester la puissance de Dieu et la vision de son royaume, ne consiste pas seulement en paroles mais aussi en puissance (1 Cor 4.20). L’étude de la Bible ne peut remplacer la révélation du Saint Esprit, qui est véritable lumière de la Parole et agir de Dieu en l’homme au quotidien. L’un et l’autre sont essentiels à la vie du chrétien. Les miracles et Les prodiges qui se faisaient "par les mains des apôtres" étaient l’agir du Saint Esprit en eux. Leur savoir et leur connaissance sur le Royaume, ne venaient pas d’étude biblique ou universitaire, qui reconnaissons-le n’est pas incompatible avec notre spiritualité et peut même l’avantager. Mais se cacher derrière une connaissance intellectuelle, est un aveu d’échec. N’oublions pas que c’est le fruit de l’arbre de la connaissance qui ont éloigné Adam et Eve de Dieu. Nous sommes aussi invités à ne pas rejeter la connaissance de Dieu, car si quelqu’un la rejette, il sera rejeté du sacerdoce (Os 4.6b).

En ce jour, examinons-nous et laissons l’Esprit nous aider à accomplir les objectifs de notre Seigneur pour notre vie. Crions et prosternons-nous devant sa face pour que viennent sur nous des temps nouveaux. Dans la foi, demandons au Seigneur de manifester sa nature et ses œuvres en nous, afin que la multitude soit sauvée, et que cesse la domination de l’ennemi là où Dieu nous a placés.

Amen.