Dans la même rubrique...

Meditation

Les disciples ne comprennent pas le geste de ses parents. Alors qu’ils ne cherchaient qu’à faire bénir leurs enfants, ils se voient repousser. Pour les disciples, le Maître avait bien plus important à faire, que de caressait la tête de chaque enfant. Ils ne comprenaient pas l’importance de cette bénédiction que recherchait les gens. Ayant eux même, déjà bien du mal à comprendre certaines paroles, et paraboles de Jésus, l’attitude de ses gens et la bénédiction recherchait, leur semblait inutile. Pour ses gens, ils ne faisaient que placer leurs enfants sous la puissante main de Dieu, et sous sa paternelle protection. L’agir des disciples contrarie Jésus, qui les rappelle l’ordre : « Laissez les enfants venir à moi. Ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent » Jésus révèle ici que le royaume de Dieu appartient à ceux qui ont la candeur, et la simplicité des enfants. C’est pourquoi comme il l’a fait jadis avec ses premiers disciples, il nous invite nous aussi, à ne pas rabrouer toute personne qui cherche sa présence, quand bien même il le cherche mal.

Jésus, met en toute évidence l’intention de l’enfant, par rapport à celle de l’adulte. Les disciples, au nom de leurs compétences et de leurs expériences revendiquent une proximité avec Jésus. Les enfants eux, jouissent simplement et gratuitement de cette proximité. Être fils du Royaume n’est pas quelque chose que l’on peut acquérir au moyen de ses propres forces, de ses richesses, ou de ses capacités intellectuelles. Être « fils du Royaume » est un don gratuit de Dieu. L’intimité ne peut être perçu que si nous sommes don de nous-même, comme le Christ est don de lui-même pour chacun de nous.

Pour posséder le Royaume et accueillir le don d’être enfant de Dieu, il nous faut donc avant toutes choses, reconnaître que nous sommes totalement dépendants de notre Père céleste, que sans Lui, nous ne pouvons rien faire de bon. (Jn 15.5) L’adulte a souvent des motivations intéressées pour s’attacher à l’amitié de quelqu’un. L’enfant va lui se fier au discernement de l’amour pour accepter, ou non, ce qui lui est proche, comme celui qui lui est étranger.

Seigneur, à l’image des enfants, apprends-nous la spontanéité et la totale dépendance à ton Amour. Apprends-nous la douceur et l’humilité qui fait de l’homme un vrai fils de Dieu. Qu’à ton image, et à ta ressemblance, nous le devenions pour la gloire de ton nom.

Amen.