Dans la même rubrique...

Méditation

« Heureux ceux qui sans avoir vu, ont cru. » (Jn 20.29) La Révélation nécessaire à la connaissance de notre salut en Jésus-Christ, a été scellée dans les paroles de la Bible et il ne peut y en avoir d’autres. Selon la volon-té de Dieu, et de manière plus que suffisante, les écritures saintes nous émancipent de notre ignorance. Le signe par excellence ici, c’est Jésus, mais les Israélite n’ont pas voulu croire en celui que Dieu le Père avait envoyé c’est pour quoi Jésus leur déclare : « Amen, je vous le déclare : aucun signe ne sera donné à cette gé-nération. » Il en est de même de nos jours, à croire que le temps est restait figé, et que l’homme n’est rien appris de Dieu.

Certain n’ont même retenu que la souffrance du Fils, oubliant que ce sont nos péchés qui l’ont conduit à cette souffrance extrême. La croix fut certainement le signe le plus éloquent que nos générations devront retenir, car c’est a ce moment précis que Jésus, par sa vie, va offrir à tous ceux qui croiront en Lui le salut éternel. Il a tant aimé les hommes qu’il ne pouvait se résoudre à les voir sous le joug du péché, aussi c’est par ce sacrifice ultime de sa vie à la croix qu’il va leur montré le chemin de la résurrection. « Père pardonne leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » Puis il remit au Père son Esprit, et c’est l’Esprit de notre Seigneur qui à pour charge de nous conduire, et de nous aider à discerner entre le bien et le mal.

« Le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rap-pellera tout ce que je vous ai dit. » (Jn 14.26) En dehors des écritures saintes, toute révélation, songes, visions ou apparition doivent être l’objet d’un discernement. « Amen, je vous le déclare : aucun signe ne sera donné à cette génération. » Malgré les miracles et les signes qui se produisaient sous leurs yeux, les contemporains de Jésus voulaient des signes supplémentaires, pour le croire. Sommes-nous prêts nous, à suivre Jésus avec pour seul bagage notre foi ? Ou bien nous faut-il encore, des signes ? C’est aujourd’hui que le Christ nous appelle à la confiance. « C’est aujourd’hui le jour du salut, c’est maintenant le moment favorable ». (2 Cor 6.2)

Amen.