Dans la même rubrique...

JEAN 9. 13- 41

Jean 9. 13 - 41

On amena alors aux Pharisiens l’homme qui avait été aveugle. Or, Jésus avait fait de la boue et lui avait guéri les yeux un jour de sabbat. C’est pourquoi les Pharisiens, eux aussi, demandèrent à l’homme ce qui s’était passé pour qu’il voie maintenant. Il leur dit : « Il m’a mis un peu de boue sur les yeux, je me suis lavé la figure et maintenant je vois. » Quelques Pharisiens disaient : « Celui qui a fait cela ne peut pas venir de Dieu, car il n’obéit pas à la loi du sabbat. » Mais d’autres répliquaient : « Comment un pécheur pourrait-il faire de tels signes miraculeux ? » Et ils étaient divisés entre eux. Les Pharisiens demandèrent encore à l’aveugle guéri : « Et toi, que dis-tu de celui qui a guéri tes yeux ? » – « C’est un prophète », répondit-il. Cependant, les chefs juifs ne voulaient pas croire qu’il avait été aveugle et que maintenant il voyait. C’est pourquoi ils convoquèrent ses parents pour les interroger. Ils leur demandèrent : « Est-ce bien là votre fils ? Affirmez-vous qu’il est né aveugle ? Que s’est-il donc passé pour qu’il voie maintenant ? » Les parents répondirent : « Nous savons que c’est notre fils et qu’il est né aveugle. Mais nous ne savons pas ce qui s’est passé pour qu’il voie maintenant et nous ne savons pas non plus qui a guéri ses yeux. Interrogez-le : il est d’âge à répondre lui-même ! » Ils parlèrent ainsi parce qu’ils avaient peur des chefs juifs. En effet, ceux-ci s’étaient déjà mis d’accord pour exclure de la synagogue toute personne qui affirmerait que Jésus est le Messie. Voilà pourquoi les parents dirent : « Il est d’âge à répondre, interrogez-le ! » Les Pharisiens appelèrent une seconde fois l’homme qui avait été aveugle et lui dirent : « Dis la vérité devant Dieu. Nous savons que cet homme est un pécheur. » Il répondit : « Je ne sais pas s’il est pécheur ou non. Mais je sais une chose : j’étais aveugle et maintenant je vois. » Ils lui demandèrent : « Que t’a-t-il fait ? Comment a-t-il guéri tes yeux ? » – « Je vous l’ai déjà dit, répondit-il, mais vous ne m’avez pas écouté. Pourquoi voulez-vous me l’entendre dire encore une fois ? Peut-être désirez-vous, vous aussi, devenir ses disciples ? » Ils l’injurièrent et dirent : « C’est toi qui es disciple de cet homme ! Nous, nous sommes disciples de Moïse. Nous savons que Dieu a parlé à Moïse ; mais lui, nous ne savons même pas d’où il vient ! » L’homme leur répondit : « Voilà bien ce qui est étonnant : vous ne savez pas d’où il vient et pourtant il a guéri mes yeux ! Nous savons que Dieu n’écoute pas les pécheurs, mais qu’il écoute tout être qui le respecte et obéit à sa volonté. On n’a jamais entendu dire que quelqu’un ait guéri les yeux d’une personne née aveugle. Si cet homme ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. » Ils lui répondirent : « Tu es tout entier dans le péché depuis ta naissance et tu veux nous faire la leçon ? » Et ils le chassèrent de la synagogue. Jésus apprit qu’ils l’avaient chassé. Il le rencontra et lui demanda : « Crois-tu au Fils de l’homme ? » – « Dis-moi qui c’est, Maître, répondit l’homme, pour que je puisse croire en lui. » Jésus lui dit : « Eh bien, tu le vois ; c’est lui qui te parle maintenant. » – « Je crois, Seigneur », dit l’homme. Et il se mit à genoux devant Jésus. Jésus dit alors : « Je suis venu dans ce monde pour qu’un jugement ait lieu : pour que les aveugles voient et que ceux qui voient deviennent aveugles. » Quelques Pharisiens, qui se trouvaient près de lui, entendirent ces paroles et lui demandèrent : « Sommes-nous des aveugles, nous aussi ? » Jésus leur répondit : « Si vous étiez aveugles, vous ne seriez pas coupables ; mais comme vous dites : “Nous voyons”, vous restez coupables. »