Dans la même rubrique...

Meditation

Quel moment solennel et glorieux pour Jean de voir apparaître à ses yeux et aux yeux du monde l’Agneau de Dieu ? Qui parmi nous ne rêve pas de vivre ce moment ici-bas comme Jean ? Pour Jean son précurseur, voir apparaître son souverain, cela a dû être un moment magnifique d’émotion et de sentiment intense. Jésus était l’agneau de Dieu, celui que Dieu avait choisi, et sur lequel ses yeux reposaient de toute éternité pour accomplir ses instructions éternelles. Jésus était venu établir un monde nouveau, mais il lui fallait régler, à la croix, par ses souffrances, la question du péché et de la culpabilité de l’homme ruiné et corrompu, selon les exigences de la majesté de Dieu. L’expression « Agneau » implique l’idée de souffrances et de rejet de la part du monde. L’agneau c’est l’emblème de l’innocence sans protection, exposée à la haine des hommes.

Ce qui définis l’œuvre de l’Agneau de Dieu, c’est qu’il ôte le péché du monde, c’est non seulement son œuvre à la croix, mais tout ce que Jésus accomplira en vertu de sa mort, soit la réconciliation de toutes choses avec Dieu pour le règne Messianique des milles ans attendu, soit l’établissement des cieux nouveaux et de la nouvelle terre où la justice habitera. (Ap 20) Jean témoigne de l’identité de Jésus avec assurance : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. Et moi, je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. » Ici, Jean l’appelle : « homme », mais un homme qui est le Fils de Dieu, possesseur de toutes les gloires divines, venu du ciel pour ôter du monde par son sacrifice expiatoire, toute trace de l’activité du premier homme. Cette œuvre merveilleuse a été entreprise et menée à bonne fin par cet Homme glorieux, Jésus, l’homme des conseils de Dieu.

« L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. » Venu après Jean par sa naissance comme homme, Jésus était avant lui, nous dit Jean, en vertu de son existence éternelle. Jean ne le connaissait pas ; mais il administrait le baptême en vue de sa manifestation « à Israël », non pas « aux Juifs », ni « à Juda » ; Jésus reconnaît le peuple dans son ensemble selon les pensées de Dieu, parce que le peuple entier, les douze tribus, bénéficie de sa venue. Jean dit encore : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et il demeura sur lui. Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : “Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise dans l’Esprit Saint.” Moi, j’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »

Le Saint Esprit est venu sur Jésus « homme » en vertu de ses propres perfections, il ne peut être reçu par le croyant qu’en vertu de l’œuvre de Christ qui le purifie de tous ses péchés. Ici, Il descend sur Jésus sous la forme d’une colombe, emblème de la douceur, de la grâce, de la bienfaisance avec lesquelles il a accompli tout son service. Lorsqu’il vint sur les disciples c’est sous la forme de langues divisées comme de feu, l’Esprit leur donnant la capacité d’annoncer l’évangile en diverses langues et il était la puissance de la Parole qui juge tout ce qui n’est pas selon Dieu. (Act 2) Le feu est toujours l’emblème du jugement. En Christ, il n’y avait rien à juger, tout était parfait. C’est pourquoi le disciple est appelé par Jésus à lui ressembler en toutes choses, et c’est par le Saint Esprit que notre Seigneur réalise en chacun de nous sa présence parfaite pour le salut de tous les hommes.

Frères et sœurs, instruit et conduit par le Saint Esprit agissons à la manière du Christ au milieu du monde. Ainsi nous ramènerons à Lui toutes les brebis égarées, pour qu’aucune d’elles ne se perde, mais reçoive la vie en abondance.

Amen.