Dans la même rubrique...

Méditation

« Vous m’avez amené cet homme comme soulevant le peuple, et voici, l’ayant examiné moi-même devant vous, je n’ai trouvé cet homme coupable d’aucune des choses dont vous l’accusez ; et Hérode non plus ; car il nous l’a renvoyé ; et voici, il n’a rien fait qui soit digne de mort. » Voici que les représentant de la justice romaine et juive, ne trouve en Jésus rien de répréhensible. Mais l’autorité clérical elle, elle le condamne pour les prodiges et les miracles qu’il réalise dans le nom de Dieu le Père. N’en est-il pas de même encore aujourd’hui ? La parole de Dieu dérange, elle inquiète les pouvoirs religieux, allant même jusqu’à la crucifixion du Fils unique de Dieu.

Alors que les païens veulent relâcher le Messie, les croyants réclament sa mort. L’homme cherche un Dieu permissif en tout, un Dieu obéissant à sa volonté. Paul nous dit : « Tout est permis, mais tout n’est pas utile ; tout est permis, mais tout n’édifie pas. » (1 Cor 10.23) L’autorité religieuse, ne cherchait que leur notoriété, et le pouvoir sur tout. Ce que jésus enseignait, affranchissait le peuple et menaçait tout cela. Il devenait urgent de faire taire son message, en l’assassinant au bois de la croix comme un vulgaire malfaiteur. Pilate dira au chef religieux : « Quel mal a-t-il donc fait ? Je n’ai rien trouvé en lui qui soit digne de mort. » Le juste des justes, subit la plus grande injustice, quelle ironie.

A celui qui est la justice, on impute le péché, et à l’injuste on offre la liberté pour tous ses crimes. Jésus ou Barrabas ? Qui choisiras-tu ? Jésus, ou le monde, la perversion ou la justice ? Jésus nous interpelle, en ce jour nous sommes appelés à faire un choix. Le monde ou le Royaume ? Seigneur aide-nous à discerner toujours, ce qui est véritablement nécessaire à l’épanouissement de notre vie en ce monde, nous t’en prions.

Amen.