Dans la même rubrique...

Méditation

Cette prophétie nous appelle à la vigilance, elle nous invite à être des guetteurs prudents du retour du Maître : « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour, ni l’heure. » (Mt 25.13) Au jour de Noé, les hommes inattentifs à la présence de Dieu n’ont pas su voir le déluge qui allait s’abattre sur eux. Serons-nous, nous aussi, autant inattentifs quand viendra le jour du Seigneur ? De nos jours, fort heureusement, nous n’avons plus d’arche à construire, car l’arche, refuge de tous les pécheurs, c’est le cœur du Christ devenu source de salut pour tous les hommes. Mais saurons-nous, nous mettre à l’abri dans son cœur transpercé par la lance de nos péchés, quand viendront les jours du Fils de l’homme ? Ou bien serons-nous tellement préoccupés par nos activités mondaines, par les fastes de ce monde, que, comme au jour de Loth, le feu et le soufre de nos fautes nous emporterons dans les souffrances de la mort ?

Jésus nous invite à la vigilance, et non pas à avoir peur. « Maintenant, l’Éternel, qui t’a créé, ô peuple de Jacob, et qui t’a façonné, ô Israël, te déclare ceci : « Ne sois pas effrayé car je t’ai délivré, je t’ai appelé par ton nom, tu es à moi. » (Is 43.1) Jésus nous invite à la confiance absolue en Dieu : « D’ailleurs qui de vous, peut, à force d’inquiétude, prolonger son existence ne serait-ce que de quelques instants ? » (Mt 6.27) Paul lui nous dit ; « Dieu nous a donné un Esprit qui, loin de faire de nous des lâches, nous rend forts, aimants et réfléchis. » (2 Tim 1.7)

Frères et sœurs, confiants en Christ et en sa parole, osons perdre notre vie, au service de nos frères et de l’église, afin de la sauvegarder au jour du Seigneur. Osons, l’amour de Dieu et du prochain, car en cela est la clé qui ouvre la porte de l’infinie miséricorde de Dieu. Osons la sainteté, car elle vaincra en nous, les faiblesses de notre humanité, le péché. « En effet, nous n’avons pas reçu un Esprit qui fait de nous des esclaves et nous ramène à la crainte : non, nous avons reçu l’Esprit qui fait de nous des fils adoptifs de Dieu. C’est par cet Esprit que nous crions : Abba, c’est-à-dire Père ! » (Ro 8.15)

Frères et sœurs, osons en ce jour à appeler nos frères et sœurs du monde, à être disciples du Christ, à se mettre à l’écoute de sa parole. Ainsi au jour prévu par Dieu, emporté sur les nuées, avec eux nous rejoindrons celui qui est tout en tous, Jésus, pour la vie éternelle.

Amen.