Dans la même rubrique...

Méditation

« Jésus, Maître, aie pitié de nous ! » La miséricorde de Dieu nous le voyons ici, en Jésus, n’était pas réservé qu’aux Juif. Dieu a envoyé son Fils bien-aimé, pour que tous les hommes trouvent en lui le salut. Jadis ceux qui étaient atteint de la lèpre, ne pouvaient vivre au sein d’une communauté. Ils étaient chassés des villages et des villes, considérés comme impur, frappés par Dieu pour leurs fautes. Après les avoir guérit, Jésus leur dit : « Allez, montrez-vous aux sacrificateurs. » Jésus les invite à témoigner de l’immense bonté de Dieu, mais un seul reviendra le remercier, en glorifiant Dieu. Faisons-nous partis tout comme les neuf lépreux, de ceux qui agissent avec ingratitude ?

Bien que de nos jours la science ait trouvé des remèdes à la lèpre qui frappe la peau, il y a malheureusement d’autres formes de lèpres qui touche notre société, et qui sont tout aussi destructeur. Le regard que nous po-sons sur nos congénères, sont souvent cause de maladies encore plus graves. L’obésité, facteur de moquerie, entraine souvent ceux qui en souffrent dans la dépression, et le suicide. Le regard que l’église pose sur ceux qui vivent en concubinage, sur les divorcés remariés, sur les mères célibataires, ou ceux qui ne participent pas à la dîme, sont aussi en soi une lèpre que celui qui subit porte en lui. Ce passage des évangiles, nous invites tous à crier vers le Maître : « Aie pitié de nous ! » C’est pour cela que le Fils est venue en ce monde, pour que tout homme, quel que soit sa lèpre, trouve grâce aux yeux ce Dieu.

Dieu n’attend pas de nous une quelconque reconnaissance ! Mais le témoignage de son agir dans notre vie, fait grandir l’espérance de tous ceux qui sont accablés par les épreuves. En revenant glorifier Dieu, ce lépreux témoigne, il montre aux disciples, à tous ceux qui suivaient Jésus, et tous ceux qui plus tard le verront, que par son Fils Jésus, Dieu agit. Le témoignage a le pouvoir de faire grandir la foi dans le cœur des hommes. Même l’impie voit sa vie transformé, Dieu n’est pas seulement le Dieu des justes, mais aussi le Dieu de ceux qui pèche. « Je ne suis pas venu pour les justes et les biens portants. Je suis venu pour les pécheurs et les malades. »

En ce jour levons-nous et témoignons de la bonté de Dieu pour chacun de nous. Alors l’espérance et la foi gagneront le cœur de tous les hommes de ce monde, et ils reviendront à Dieu pour une plénitude de vie dans sa gloire.

Amen.