Dans la même rubrique...

Méditation

Nos cœurs ont encore quelques difficultés à agir avec les principes de la grâce, de la foi et de l’obéissance. Ce sont plutôt nos principes que nous voulons voir s’appliquer. Tel qu’il en fut pour les contemporains de Jésus, il en est de même pour chacun de nous aujourd’hui. Le disciple du Christ doit agir en homme respon-sable, l’homme qui a le sens du devoir, s’acquitte de sa tâche avec fierté. Le véritable disciple n’attend au-cune reconnaissance, il est don de lui-même pour les autres. Tout ce que nous faisons de bon et de bien, nous le faisons par la grâce à Dieu, nous devons donc aussi le faire pour sa gloire. Car à lui seul, revient toute gloire et toute louange.

Dans cette parabole, le maître nous semble exagérément exigeant. Mais, ne le sommes-nous pas nous aussi avec les autres ? Certes pas pour les mêmes raisons. « Lequel d’entre nous dirait à son serviteur, après lui avoir préparé le repas, viens vite à table » Lequel d’entre nous, préparerez le repas à la place de son servi-teur ? Dieu n’est ni plus, ni moins exigeant que nous, nous le sommes. En nous rappelant notre devoir, qui est celui du service. Jésus nous montre comment découvrir, en ce monde le chemin du Royaume. L’humilité, est une vertu qui s’oppose à l’orgueil, à la suffisance, à l’arrogance, elle est par excellence le chemin du serviteur, le chemin qui mène au Royaume. L’homme humble, reconnaît ses limites et ses fragilités.

« Seigneur, je n’ai pas le cœur fier, ni le regard hautain. Je n’ai pas pris un chemin de grandeurs ni de pro-diges qui me dépassent. Non, je me tiens en paix et en silence ; comme un petit enfant contre sa mère, comme un petit enfant, telle est mon âme en moi. » (Ps 131, 1-2) Israël a appris l’humilité en faisant l’expérience de la toute-puissance de Dieu. Puissance qui l’a libéré de la servitude en Égypte et lui a fait don d’une terre. Comme Israël, ce que nous sommes et ce que nous possédons aujourd’hui, nous le devons à la bonté et à la générosité de Dieu.

En lavant les pieds des disciples, Jésus enseigne à tous ceux qui désirent le suivre, le chemin qui fait de tout serviteur un maître. Un homme de devoir qui n’attend aucune récompense. Sa tâche accomplit, est sa récom-pense. La mission de Jésus était de nous révéler le royaume, mais aussi, celui qui y règne Dieu notre Père. Et c’est dans la douceur et l’humilité, au service des hommes ses frères, et de Dieu son Père, que Jésus a accom-pli son ministère sans faillir. Proclamant la parole de Dieu à tous ceux qui l’écoutait. Parole de vie éternelle.

« Vous m’appelez Maître et Seigneur ; et vous dites bien, car je le suis. Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres ; car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait. En vérité, en vérité, je vous le dis, le serviteur n’est pas plus grand que son seigneur, ni l’apôtre plus grand que celui qui l’a envoyé. Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez. » (Jn 13.13-17.)

Seigneur met en nous ton Esprit, qu’il nous enseigne la douceur et l’humilité, alors nous gagnerons les cœurs de tous ceux qui ont encore du mal à croire que tu es le Messie. L’homme attendait un Roi puissant, et qui puni la faute par un châtiment. Dieu lui donne un Serviteur souffrant, un Agneau immolé, qui pardonne fautes et iniquités. Son trône, la croix. Ses meurtrissures et ses plaies, nos péchés porter en son corps. Son cœur transpercé, un refuge pour tous les pécheurs, un refuge pour chacun de nous.

Amen.