Dans la même rubrique...

Méditation

« Pourquoi me cherchez-vous ? Ne savez-vous pas qu’il me faut être aux affaires de mon Père ? » Jésus nous invite ici, à prendre conscience de l’importance que revêt la gestion de la vigne de Dieu. Il ne s’agit pas de faire de l’approximatif, mais de produire du fruit de qualité. Les affaires du Père, demande une gestion rigoureuse, pour que naisse un fruit au goût de l’amour. L’évangélisation, sans le fruit de l’amour montrerai un Dieu père fouettard, sans miséricorde, ni compassion pour ses créatures. « Tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jn 13.35)

« Il me faut être aux affaires de mon Père. » Le Père fait éternellement exister le Fils dans son être propre, et le fils vit dans l’être du Père, pense, aime veut et agit dans cet être du Père. Comme Jésus nous sommes appelés à cela, à être aux affaires de Dieu notre Père. Témoin véridique, de sa présence en ce monde. Nous sommes appelés à être instruit par Dieu lui-même, tout comme l’a été Jésus, afin de continuer l’œuvre de salut que le Père avait prévu de toute éternité. Nous sommes cohéritier avec Jésus du Royaume des cieux. Il nous faut, en prendre conscience, et mesurer combien cette vie d’exil, doit nous inciter à rechercher les réalités du Royaume. Le monde cherche à nous garder, dans l’euphorie d’un bien-être matériel et charnel limité dans le temps. Comme un magicien, qui le temps d’un spectacle, par des tours de prestidigitation maintien la foule en extase, dans un merveilleux éphémère. Dieu lui, veut nous faire découvrir notre identité divine, le bonheur de l’amour infini et de la vie sans limite.

« Dieu veut nous envelopper du manteau de l’innocence, nous revêtir des vêtements du salut, comme un jeune époux se pare du diadème, comme une mariée met ses bijoux. » (Is 61.9-11) Voilà la bonne nouvelle de l’évangile répandue, comme un parfum d’espérance. L’homme en Dieu, Dieu en l’homme, certitude d’une vie éternelle, dans le bonheur de la gloire de Dieu. Voilà les prémisses de la nouvelle Jérusalem, qui se répand le long de notre chemin. Ici-bas nous sommes pèlerins, dans le Royaume nous sommes chez nous.

Amen.