Dans la même rubrique...

Méditation

« Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort, ils le livreront aux nations païennes, qui se moqueront de lui, cracheront sur lui, le flagelleront et le tueront, et trois jours après, il ressuscitera. » Jésus enseigne les disciples sur les avantages, présents et éternels, de ceux qui auraient tout quitté pour le suivre. Ils pensaient certainement y avoir part en raison de leur conduite. Mais ils ne pensaient pas que, malgré leur dévouement et leur fidélité à Christ, ils ne pouvaient avoir part à aucune bénédiction dans les cieux, ni sur la terre, sans la croix où le Maître va subir la mort, juger par Dieu, à leur place. C’est pourquoi Jésus tient à placer encore une fois devant eux sa mort et sa résurrection, seul moyen d’être introduit dans la gloire à venir.

Quel amour infini que celui dont Jésus était l’expression ici-bas ! Cet amour l’a rendu capable de se diriger vers Jérusalem, à la tête de ses disciples, alors que leur cœur n’était occupé que de grandeur et de gloire, ils ne se souciaient même pas de la mort que Jésus allait enduré à leur place, mort qui aurait été leur part, comme la nôtre sans cet amour infini. Il nous faut suivre Jésus par amour, sans nous préoccuper des récompenses ou de la gloire que nous pourrions obtenir. Dieu attribuera à chacun ce qui est juste selon sa bonté et selon sa volonté. Aucun de nous n’y perdra la récompense promise la vie dans l’éternité de Dieu.

Que tous ceux qui sont sauvés car ils appartiennent à Christ, pensent à ce qu’ils doivent à leur Sauveur, afin de le suivre et de le servir avec dévouement dans le chemin que lui-même leur a tracé pour chacun, chemin où nous trouverons ses soins chaque jour, mais aussi des persécutions, et des épreuves de toutes sortes, et à la fin la gloire éternelle, sans avoir à passer, comme Jésus, par les terreurs du jugement de Dieu !

Amen.