Dans la même rubrique...

Méditation

Si quelqu’un ne possède pas la vie en Christ, il ne peut comprendre Jésus et rien faire pour Dieu ; sa vie est inutile au Seigneur ; elle ne se dépensera que pour sa propre satisfaction, triste condition qui n’a d’autre perspective que la mort et le jugement. Mais, grâce à Dieu, on peut s’en sortir, en acceptant Jésus pour Sauveur. Alors, au lieu d’être inutile à Dieu, le croyant devient un serviteur utile (Philémon 1.10-11), pour marcher dans les bonnes œuvres que Dieu a préparées à l’avance (Éphésiens 2.10).

« Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. » Jésus annonce de nouveau à ses disciples sa mort et sa résurrection le troisième jour. Il veut détourner les pensées de ses disciples, de la gloire qui les préoccupe, pour les diriger vers sa mort, sans laquelle ils seraient privés de toutes les bénédictions si chères à leurs cœurs d’enfants d’Abraham. Mais, absorbés par la pensée de leur propre gloire, ils ne comprenaient rien aux discours de Jésus. En effet, ils ne l’avaient pas vraiment écouté. « Lorsqu’il fut dans la maison, Jésus leur demanda : De quoi discutiez-vous en chemin ? » Confus, « ils gardèrent le silence » car leur préoccupation, était véritablement déplacé. Pendant que leur Seigneur et Maître les entretenait de ses souffrances et de sa mort, eux ils rêvaient de gloire personnelle. Nous pouvons comprendre que les paroles de Jésus leur furent restées obscures, puisque leurs pensées suivaient un courant absolument opposé.

Nous aussi bien souvent, les paroles de Jésus restent obscures à notre compréhension, car nos pensées et même notre vie suivent un courant véritablement opposé. Mais lui, miséricordieux et divinement patient avec les siens, veut simplement les enseigner ; il n’ignore pas, dans toute sa science, de quoi ils ont parlé. N’oublions pas qu’il voit tout et entend tout, mais c’est avec un infini amour qu’il veille sur chacun de nous, pour ne pas en perdre un seul.

Amen.