Dans la même rubrique...

Méditation

Jésus, veux nous emmener à l’écart de notre quotidien. À l’écart de tout ce qui nous éloigne de la présence de Dieu. Il ne veut pas seulement être transfiguré devant nous, et en nous. Il veut que nous partagions avec lui sa transfiguration, à travers la parole de Dieu et les sacrements, afin d’édifier l’église que nous sommes. Le mont Tabor est en chacun de nous par la présence vivante du Christ. C’est par lui que nous pouvons dépasser nos culpabilités, nous repentir en vérité, et désirer de manière insatiable la pureté en celui qui est le chemin, la vérité et la vie.

Bon nombre de croyants vivent de nos jours le Christianisme comme une tradition, être chrétien ce n’est pas cela. Ce que nous appelons, ancien et nouveau testament, ne sont pas des écrits appartenant au passé, qui traverse le présent pour se réaliser dans le futur. Ses livres sont les diverses alliances faites par Dieu avec les hommes, et que nous devons vivre au quotidien dans notre présent, si nous voulons être nous aussi, transfigurer. Jésus est vivant, il n’appartient pas au passé, il est présent dans notre quotidien. Et il nous appelle à vivre dès ici-bas les réalités du Royaume.

Pierre, Jacques et Jean, ont vu la Royauté, la splendeur de celui qu’Israël a rejeté. Ils ont entendu la voix du Père leur dire : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le. » Suivez-le, et témoignez de sa grandeur devant les hommes. La transfiguration, n’est pas de se regarder dans un miroir et de voir en chacun une blancheur irréprochable. La transfiguration, c’est l’homme chrétien acteur de son salut, participant à l’œuvre créatrice de son créateur. L’homme transfiguré devient par le don de lui-même, Témoin de l’amour reçu de celui qui est l’amour absolu, Jésus.

La vision des disciples, Élie et Moïse, nous montre bien que la loi, et les prophètes, s’est celui qui est tout en tous, Jésus le Christ notre Seigneur. Oui, en Jésus tout est accompli, l’ancienne alliance et la nouvelle ne font plus qu’un. Un seul commandement résume toute la loi, l’amour de Dieu et du prochain. Aimer Dieu plus que tout, et aimer son prochain comme soi-même, montre véritablement que nous sommes transfigurés. Dire du mal d’un frère, convoiter ses biens sont contraire au commandement de l’amour. Si les conditions de l’amour n’habitent pas en plénitude notre vie, nous ne pourrons être transfigurés, ni dire aux hommes que nous sommes disciples de Jésus.

Jésus nous invite en ce jour à examiner notre vie, notre spiritualité, à la lumière de son Esprit. Que faisons-nous concrètement, pour vivre la transfiguration ? Vivons-nous encore, dans l’espérance des richesses de ce monde, ou dans l’attente de la parousie ? Seigneur, vient nous en aide, les faiblesses de notre humanité nous emprisonnent, et nous empêchent d’entendre la voix du Père nous dire à nous aussi. « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le. »

Amen.