Dans la même rubrique...

Méditation

« Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? » Jésus leur répondit : « Vous laissez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes. » En effet bon nombre de nos démarches spirituelles, à nos jours, sont basées sur la tradition et souvent même sur des traditions populaires. Il est important que nous prenions conscience, qu’elles ne sont pas toujours compatibles avec la parole de Dieu, et les préceptes édictés. Certaines de ces traditions nous entraine à l’idolâtrie et compromet malheureusement notre accessibilité au Royaume. C’est en Jésus seul, que se trouve le salut ! Lui seul est digne d’adoration !

La parole de Dieu doit être médité, et mise en pratique si nous comprendre ce que Dieu attend de nous, pour notre salut. L’amour de Dieu et de notre prochain par exemple, doit être l’objet d’un apprentissage méticuleux. Car celui qui dit aimer Dieu et qui n’aime pas son frère, est un menteur nous dit l’apôtre Jean. (1 Jn 4.20) Il est essentiel qu’au fil de nos avancées spirituelles, nous puissions mettre en pratique les préceptes de Dieu, si nous voulons être de véridique témoin du Christ et des réalités du Royaume ici-bas.

« Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour observer votre tradition. » Jésus ne critique pas ici les traditions, certaines sont d’ailleurs nécessaires à la mémoire de notre société, car elles peuvent êtres vecteurs de responsabilité et de modèle social. En s’attachant à la parole, en la méditant quotidiennement, et en la mettant en pratique, nous accomplissons la tradition, et nous créons un monde meilleur. Une terre ou l’amour et la fraternité ne sont plus de vains mots. Cette terre Jésus est venue nous la révéler, il est venu l’accomplir, et c’est à la croix qu’il l’a finalisé. Un univers où l’homme et Dieu ne font plus qu’un, à l’image du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Jésus nous invite à ne pas tomber comme ses contemporains, dans le piège de la tradition en toute chose. Nous ne pouvons pas dire que nous honorons Dieu, si nous n’honorons pas nos parents. Honorer nos parents du bout des lèvres, c’est honorer Dieu du bout des lèvres. Les respecter quoiqu’il arrive, et leur venir en aide dans le besoin, c’est respecter Dieu en mettant en pratique ses préceptes. De même respecter son prochain et le venir en aide, c’est aussi respecter Dieu et mettre en pratique ses préceptes. De même nous dit Jésus, ce qui rend l’homme impur, vient du dedans de l’homme : « Ce qui sort de l’homme, c’est cela qui le rend impur. Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduite, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. »

Ce sont toutes nos méchancetés, qui nous rendent inacceptable aux yeux de Dieu, et aux yeux des hommes. Qui de nous accepte qu’on lui fasse du mal ? Qui est prêt à accueillir chez lui l’homme mauvais, capable de détruire sa famille, sa demeure ? Ne fait pas aux autres, ce que tu ne souhaiterais pas qu’on te le fasse. L’homme qui distingue le bien du mal fait preuve d’intelligence et de maitrise ; mais celui fait le mal montre par son agir l’infériorité de son esprit, et de sa nature. N’oublions pas ce passage des écritures qui : « Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. » (Mt 25.40)

Frères bien-aimés, aujourd’hui, le temps de la conversion et du repentir, le temps de la vérité et de la fidélité, nous est donné. Sommes-nous prêts à relever le défi de la pureté du cœur que Jésus nous propose en ce jour ? Sommes-nous prêts à faire la volonté de Dieu ? « Père non pas notre volonté mais la tienne. » (Lc 22.42)

Amen.