Dans la même rubrique...

Méditation

« Pourquoi cet homme parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? » Les scribes et les pharisiens, ne voulaient pas reconnaître en Jésus le Fils de Dieu. Leurs regards ne voyaient qu’un jeune charpentier doté de don extraordinaire sans plus. Leurs yeux étaient voilés, sur la Messianité de Jésus. Les écritures parlaient de la venue d’un Roi, d’un descendant de la lignée de David et non d’un homme issu du petit peuple, fils d’un charpentier. Pourtant David lui-même n’était pas de lignée royale, juste un gardien de moutons choisi par Dieu. Les raisonnements inintelligents, qui tiennent compte de la naissance des gens ou de leur rang social, n’ont pas vraiment changé depuis. Jésus rend grâce à Dieu le Père, d’avoir révélé les réalités du Royaume à ceux qui sont laissés pour compte à cause de leur manque de connaissance : « Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bonté. »

« Lorsque viendra l’Esprit de vérité, il vous fera accéder à la vérité tout entière, car il ne parlera pas de son propre chef, mais il dira ce qu’il entendra et il vous communiquera tout ce qui doit venir. » (Jn 16, 13). Qui a révélé à ces quatre jeunes hommes, la présence de Dieu en Jésus ? N’est-ce pas l’Esprit de Dieu ? Qui a fortifié leur foi, au point qu’ils osent découvrir la demeure de Pierre, n’est-ce pas l’Esprit de Dieu ? En effet guidé par l’Esprit ces quatre hommes n’ont pas hésité, certain que Jésus pouvait réaliser un miracle pour ce paralytique. Pourtant, l’Esprit ne leur avait pas été donné comme à nous aujourd’hui. Mais son agir ne diffère pas, sa mission reste l’enseignement et la diffusion de la bonne nouvelle, qui concours au salut des hommes.

Le Royaume est une réalité, que nous avons encore du mal à percevoir. Notre humanité pécheresse, couvre nos yeux du voile de l’incrédulité, et cela nous éloigne de Dieu. Pourtant bon nombre de nos intercessions, sont couronnées de succès. Dieu nous fait grâce, quotidiennement. Comme ces quatre hommes qui obtiennent pour le paralytique la guérison du corps et le pardon de ses fautes, nous aussi nous obtenons par nos prières la guérison du corps et le pardon, pour ceux pour qui nous prions. Bien sûr il nous faut grandir dans la foi, pour que les écailles de l’incrédulité tombent de nos yeux.

L’agir de Dieu n’est pas relatif à nos fautes. Si nous sommes infidèles, dit Paul, Dieu lui demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même. (2 Tim 2.13) Mais il nous faut prendre conscience que nos fautes restent un obstacle à l’épanouissement de notre vie en Dieu et de notre devenir en ce monde. Témoigner de la présence du Christ dans nos vies, c’est témoigner d’une vie dans l’amour pour Dieu et son prochain. Une vie humble et douce, rejetant toute mauvaise action, ainsi que le péché qui nous éloigne de la sainte miséricorde de Dieu. « Qu’est-ce qui est le plus facile ? De dire au paralysé : ‘Tes péchés sont pardonnés’, ou bien de dire : ‘Lève-toi, prends ton brancard et marche’ ? » Nous faisons chaque jour, l’expérience miséricorde de Dieu pour l’homme. Mais sommes-nous prêts à l’accueillir aujourd’hui, en reconnaissant notre faiblesse, et l’entendre dire à chacun de nous : « Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir de pardonner les péchés sur la terre, je te l’ordonne : Lève-toi, prends ton brancard et rentre chez toi. »

Amen.