Dans la même rubrique...

Méditation

Du temps de la loi, c’était, « œil pour œil, et dent pour dent. » Mais pour nous qui vivons sous la grâce, il ne faut pas insister sur nos droits. L’homme chrétien, doit avoir les traits distinctifs des débonnaires, des miséricordieux, de ceux qui procurent la paix. Le croyant ne doit considérer personne comme son ennemi. Il lui faut faire du bien à tous, comme ceux qui possèdent la nature de leur Père qui est dans les cieux. L’amour s’élève au-dessus de toute considération charnelle, pour agir selon sa nature.

Jésus nous invite aussi à prier pour ceux qui font le mal. La stratégie de Jésus, est une conduite de non-violence "ne pas riposter au méchant", à ne pas rendre le mal pour le mal. (Rm 12.17-21 ; 1 Th 5.15) Jésus veut que ses disciples sortent de l’esprit légaliste, il veut les transporter sur un plan moral supérieur, où les gestes de patience et d’amour procurent une puissance capable de désarçonner l’adversaire et de le mettre face à sa conscience. En aimant ton ennemi, souhaites qu’il te soit un frère. Ce n’est pas ce qu’il est que tu dois aimer, mais ce que tu veux qu’il devienne.

« Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent. » Voilà certainement, le précepte le plus difficile à mettre en pratique. Il nous arrive parfois d’éprouver de la haine pour ceux qui nous sont proches, comment aimer nos ennemis ? Seule l’intervention de Dieu, peut réaliser un tel miracle en nous. Prenons garde, car il est dit : « Que tout ce que nous ferons au plus petit des fils de Dieu ici-bas, c’est à Jésus lui-même que nous le ferons. » (Mt 25.40) Jésus nous rappelle en ce texte, que Dieu aime tous ses enfants de la même manière. « Il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. »

Frères et sœurs bien-aimés, n’oublions pas que ceux qui commettent le mal sont aussi les enfants du Père, et c’est en leur tendant la main, et en les aidant par notre main tendue, par la prière, que nous participerons à leur salut, et que nous sauverons un grand nombre.

Amen.