Dans la même rubrique...

Méditation

Jésus avait dit, à ses disciples concernant l’aveugle : « Ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché ; mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. » Alors que les pharisiens attribuaient sa cécité à ses péchés pour mépriser le témoignage qu’il rendait à Jésus, sa foi elle, elle plaçait cet homme bien au-dessus d’eux et le rendait capable de les enseigner. Ses paroles, comme celles de Jésus, atteignaient leur conscience, et pour se donner l’illusion de la soulager, « ils le chassèrent dehors », là où se trouvait déjà Jésus, comme résultat aussi de son témoignage fidèle.

Jésus rencontre à nouveau l’homme à qui il a donné la vue et il lui dit : « Crois-tu au Fils de Dieu ? » Heureux du miracle dont il avait bénéficié, il demande à Jésus : « Et qui est-il, Seigneur, afin que je croie en lui ? » Jésus attendait le moment opportun pour se révéler à lui comme l’objet dont son cœur avait besoin. Il lui fallait, à cette vie nouvelle qui s’offrait à lui, un objet nouveau, car cette vue obtenue ne trouvait rien qui pouvait le satisfaire dans ce milieu ou son Seigneur était exclu.

La lumière dont il jouissait et cette nouvelle vie offerte ne pouvait avoir que pour objet Jésus. La révélation qui lui sera donné de la bouche même du Messie, le réjouira et le fera se prosterner devant Jésus. « Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles. » Les faits le montrent bien, ceux qui voient ne reconnaissent pas le Christ de Dieu malgré les signes et les miracles. Pour cet homme la découverte de ce qui l’entoure, et la grâce obtenue, ne fait aucun doute, celui qui l’a réalisé pour lui ne peut être que le Christ de Dieu.

Les pharisiens réagirent aussitôt aux propos de Jésus : « Nous aussi, sommes-nous aveugles ? » L’aveuglement des pharisiens étaient de ne voir que leur volonté, une volonté qui refusait Jésus comme Christ et Seigneur. C’est pourquoi à leur question, Jésus répond : « Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché. Mais maintenant vous dites : Nous voyons. C’est pour cela que votre péché subsiste. »

Frères bien-aimés ! Ne soyons pas à l’image des pharisiens, n’ayons pas à l’encontre de Jésus de tel sentiment, il est le Messie, l’envoyé du Père. Et nul, à part lui, détient la vie éternelle, et cette vie il nous en a fait les héritiers.

Amen.