Jean 5. 19 -30

Jean 5. 19 -30

Jésus reprit donc la parole. Il leur déclarait : « Amen, amen, je vous le dis : le Fils ne peut rien faire de lui-même, il fait seulement ce qu’il voit faire par le Père ; ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement. Car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait. Il lui montrera des œuvres plus grandes encore, si bien que vous serez dans l’étonnement. Comme le Père, en effet, relève les morts et les fait vivre, ainsi le Fils, lui aussi, fait vivre qui il veut. Car le Père ne juge personne : il a donné au Fils tout pouvoir pour juger, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui ne rend pas honneur au Fils ne rend pas non plus honneur au Père, qui l’a envoyé. Amen, amen, je vous le dis : qui écoute ma parole et croit en Celui qui m’a envoyé, obtient la vie éternelle et il échappe au jugement, car déjà il passe de la mort à la vie. Amen, amen, je vous le dis : l’heure vient – et c’est maintenant – où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. Comme le Père, en effet, a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils d’avoir, lui aussi, la vie en lui-même ; et il lui a donné pouvoir d’exercer le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme. Ne soyez pas étonnés ; l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux entendront sa voix ; alors, ceux qui ont fait le bien sortiront pour ressusciter et vivre, ceux qui ont fait le mal, pour ressusciter et être jugés. Moi, je ne peux rien faire de moi-même ; je rends mon jugement d’après ce que j’entends, et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas à faire ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé.

Méditation

« Amen, amen, je vous le dis : le Fils ne peut rien faire de lui-même, il fait seulement ce qu’il voit faire par le Père ; ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement. » Au sixième jour de la création, lorsqu’il vit que ce qu’il avait fait, était très bon, Dieu se reposa le septième jour. Mais quand le péché entra en la création, l’homme chef d’œuvre de la création, tomba dans la souffrance et la mort spirituelle ; pour l’homme plus de repos, ni de bonheur. Dieu alors, aurait pu anéantir tout ce qu’il avait créé pour ôter de son regard, l’homme et la création souillés. Mais Dieu dans son grand amour va imaginer des cieux nouveaux, une nouvelle terre, ainsi que des hommes parfaits pour l’habiter éternellement, alors la première création devint provisoire. Dieu dût se remettre à l’œuvre, il ne pouvait se reposer en voyant l’homme souffrir, incapable de sortir de la terrible condition dans laquelle le péché l’avait plongé.

Les juifs n’entendaient d’une bonne oreille, les enseignements de Jésus. De plus, le fait qu’il prétendait être le Fils de Dieu, était pour eux un blasphème. C’est pourquoi ils cherchaient un moyen de le tuer. Rappelons-nous des versets précédents ; Jésus venait de guérir l’infirme de Béit-Hasda ; mais c’était loin d’être tout ce que le Père voulait qu’il fasse, car cet homme guéri demeurait assujetti à la loi et aux conséquences du péché. Il fallait une délivrance plus grande que celle-là en faveur de l’homme perdu, une œuvre qui étonnerait les Juifs ; celle de la résurrection, par laquelle l’homme sortirait de la mort. La résurrection de Lazare manifesta les prémices de la résurrection à venir, celle que la mort ne pouvait plus atteindre. Jésus va le dire aux juifs : « Comme le Père, en effet, relève les morts et les fait vivre, ainsi le Fils, lui aussi, fait vivre qui il veut. Car le Père ne juge personne : il a donné au Fils tout pouvoir pour juger, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. »

Dieu nous a donné en Jésus Christ, le pouvoir d’échapper à la mort, et de devenir comme lui Saint. C’est pourquoi il nous faut honorer le Fils, tout comme nous honorons le Père. « Le Père ne juge personne : il a donné au Fils tout pouvoir pour juger, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui ne rend pas honneur au Fils ne rend pas non plus honneur au Père, qui l’a envoyé. » Cela est sans appel, qui rejette le Fils rejette le Père, et ne peut obtenir la vie en plénitude. « Amen, amen, je vous le dis : qui écoute ma parole et croit en Celui qui m’a envoyé, obtient la vie éternelle et il échappe au jugement, car déjà il passe de la mort à la vie. » Une seule option possible, un seul chemin, Jésus Christ. « Amen, amen, je vous le dis : l’heure vient – et c’est maintenant – où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. Comme le Père, en effet, à la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils d’avoir, lui aussi, la vie en lui-même. » La foi en Christ, nous fait passer de la mort à la vie.

Frères et sœurs, si la vérité se trouvait dans cette création que l’homme à corrompu, Dieu l’aurait gardé. Mais aujourd’hui une réalité se pose à chacun de nous, l’homme ne peut se sauver lui-même. C’est pourquoi nous devons nous attacher au Fils et faire de Lui notre unique Sauveur. Amen.