Dans la même rubrique...

Méditation

« Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous. Celui qui est de la terre est terrestre, et il parle de façon terrestre. » Qui mieux que Jésus peut nous parler des choses d’en haut ? Des lieux célestes qui lui sont familiers et dont il a toujours joui ? L’homme bien que curieux des choses de ce monde, ne recherche que ses richesses financières et matérielles et non ce qui est essentiel à sa vie, à son épanouissement, et à son devenir spirituel. Jésus s’étonnait de voir que Nicodème qui était maître parmi les juifs, ne soit pas enseigné de cela et qu’il eu peu de connaissance sur les choses du Royaume. Pour Nicodème, tout ce que lui disait Jésus était contraire à ce qu’il avait appris et à la tradition des Juifs. Nicodème bien qu’il soit un enseignant au milieu du peuple, ignorait la vraie nature du Royaume, tout comme chacun de nous aujourd’hui.

Si nous voulons que les réalités du Royaume nous soit visible, il est nous est nécessaire d’accueillir Jésus comme maitre et sauveur. Nicodème se situait sur le plan du savoir (de maître à maître) ; Jésus lui propose une nouvelle naissance : "tu veux connaître, je te propose de renaître". Tout cela, tout comme il le fut pour Nicodème peut nous désorienter. Nicodème avait consacré sa vie au service de Dieu et à l’étude des Écritures. Et il lui faut s’entendre dire que tout son savoir, les dons acquis, son expérience, sont choses vaines pour le Royaume de Dieu, s’il n’accepte de naître. Comme un enfant, il devait venir à la vie. Tout comme chacun de nous, Nicodème devait venir à Jésus, qui est le chemin, la vérité et la vie, pour être sauvé.

Frères et sœurs bien-aimé, ce ne sont pas les choses de ce monde qui nous ont été promises par Dieu. Ce qui est de ce monde est périssable, ce qui est d’en haut est source de vie éternelle. Prenons garde des lumineuses richesses éphémères contenu dans ce monde. Jésus nous le dit : « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui refuse de croire le Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. »

Amen.