Dans la même rubrique...

Méditation

Le Seigneur avait des raisons aussi touchantes qu’importantes pour souhaiter manger cette pâque avec ses disciples. C’était une sorte de cène d’adieux, le dernier moment d’intimité dans la chair entre lui et ses disciples, après un temps passé dans une activité commune, une période d’une importance incalculable, allait se terminer les relations entre le Seigneur et son peuple selon la chair, relations dont les disciples avaient jusque-là fait partie. Pour Israël tout prenait fin, moment solennel pour les disciples, comme pour le peuple. Cette pâque était le dernier acte qu’il accomplissait avec les siens sous le régime de la loi. Jésus savait qu’il allait souffrir, il avait à plusieurs reprises prévenus ses disciples, que sa mort allait les introduire dans une nouvelle gestion de choses céleste, dans une position toute différente de celle qu’ils avaient eue avec lui durant son ministère.

En leur disant : « Prenez ceci et partagez entre vous. Car je vous le déclare : désormais, jamais plus je ne boirai du fruit de la vigne jusqu’à ce que le royaume de Dieu soit venu. » Le Seigneur ne boira pas à cette coupe de la pâque ; il la donnera à ses disciples. Il ne pourrait participer avec les siens au vin, emblème de la joie en Israël, de la vigne de Dieu, que lorsque le royaume de Dieu sera venu. Royaume, qui nous le savons, subsistait déjà en a personne de Jésus, du fait de son caractère de Dieu. Ce royaume s’établira en gloire par le règne du Fils de l’homme ; c’est alors que le Seigneur boira à nouveau du fruit de la vigne d’un Israël renouvelé en vertu de l’œuvre de la croix. Sophonie fait allusion à cela : « L’Éternel, ton Dieu, au milieu de toi, est puissant ; il sauvera ; il se réjouira avec joie à ton sujet : il se reposera dans son amour, il s’égayera en toi avec chant de triomphe » (Sophonie 3.17)

La Pâque parlait d’une œuvre qui devait s’accomplir ; la cène parle d’une œuvre accomplie. La Pâque marque donc ici l’accomplissement de la loi, et laisse place au règne de la foi. « Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. » (Mc 16.16)

Amen.