Dans la même rubrique...

Méditation

Sommes-nous prêts à donner ce qui nous reste, pour vivre une relation plus intime avec Dieu ? Dans ce texte nous voyons que le Seigneur juge nos dons, non pas à leur valeur matérielle, mais à leur valeur morale. En effet, le don de cette veuve peut nous paraître peut par rapport aux dons des gens fortunés, mais c’est le don de la veuve qui est vu avec acuité par le Seigneur. « En vérité, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres. Car tous ceux-là, pour faire leur offrande, ont pris sur leur superflu mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle avait pour vivre. » Cela nous invite à prendre conscience que Dieu apprécie nos offrandes, non pas en raison de ce que nous donnons, mais selon ce que nous gardons pour nous et qui semble plus important à nos yeux.

Cette veuve n’avait rien réservé pour elle, elle avait une totale confiance en Dieu, et Il était pour elle dans sa foi profonde une source intarissable ou elle pouvait chaque jour venir puiser l’espérance qui lui était nécessaire. Quand nous faisons l’expérience de la bonté et de la miséricorde de Dieu, notre cœur éprouve le besoin de lui exprimer notre reconnaissance et de l’honorer en lui redonnant ce que nous avons reçu de Lui. Quand Dieu nous prodigue son amour et que nous le donnons à notre prochain, c’est à Dieu lui-même que nous redonnons ce que nous avons reçu. « Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. » (Mt 25.40)

« Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta main droite, afin que ton aumône se fasse en secret. » (Mt 6.3) Ne soyons pas comme le pharisien orgueilleux qui disait : « Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus. » (Lc 18.12), Arrogant de sa générosité. Votre offrande doit être pour vous, comme l’accomplissement d’un devoir. « Ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » (Mt 6.4) Jésus ne nous demande pas en ce jour de nous défaire de notre argent, de nos richesses, mais de tout ce qui nous éloigne de Dieu. Il nous appel à offrir véritablement notre cœur à Dieu, comme un présent agréable. N’oublions pas que ce n’est pas par notre bonté, ni par notre argent, que nous sommes devenus enfants de Dieu. Mais par le sacrifice de Jésus Christ !

Amen.